Le Clenbuterol : pourquoi ce stéroide favorise la musculation ?

Le Clen fait partie des stéroides les plus populaires auprès des adeptes de la musculation. C’est en particulier ses propriétés brûle graisse qui sont appréciées par les sportifs en période de sèche. C’est donc un complément très recherché quand on souhaite perdre du gras, sans pour autant faire fondre ses muscles.

Si vous écoutez les bruits de couloir dans votre salle de gym, vous avez certainement déjà entendu parlé de ce produit, de son efficacité, mais aussi des risques qu’il représente. Certains avis qui sont partagés sur Internet prétendent également qu’il ne serait pas si efficace que cela. Et surtout très dangereux pour votre cœur.

En réalité, comme la plupart des stéroides, tout va être question de dosage. Certains prétendent qu’en respectant la posologie indiquée par les chercheurs et le fabricant, on prend très peu de risques.

Dans cet article, nous allons voir quel est le réel potentiel brûle graisse du Clenbuterol. Quelle est sa composition et quels effets permet-elle d’obtenir ? Pourquoi il est si populaire dans le milieu de la musculation. Mais surtout, quelles sont les alternatives légales pour se procurer au meilleur prix du Clen. Car comme tous les principaux stéroides, ce dernier est illégal en France et à l’étranger. Suivez le guide !

Qu’est-ce que le Clenbuterol ?

Le clen est un stéroide qui agit en boostant le métabolisme via l’augmentation de la température corporelle. C’est donc aussi un brûle graisse, puisque c’est précisément cette thermogenèse qui va pousser le corps à puiser dans ses stocks de gras pour les transformer en énergie. Résultat :  on brûle plus de calories.

Progressivement, cet usage pour la perte de poids a intéressé les bodybuilders. Ils y ont vu un précieux allié en période de sèche, mais aussi pour préparer les compétitions. Car en plus d’agir comme un brûle graisse, le clen permet également de gagner en masse musculaire. Et surtout d’améliorer sa rétention. Il est cette fois-ci très souvent stacké avec d’autres produits comme le Winny ou l’Oxandro qui en boostent les résultats.

Quels sont les cycles de CLenbuterol les plus efficaces ?

Mais initialement, le clen était un traitement non pas destiné aux hommes… Mais aux chevaux. Et plus particulièrement ceux souffrant de maladies pulmonaires. Mais l’usage qui a été fait du Clenbutérol a rapidement versé dans l’illégalité, toujours auprès des animaux pour commencer. Certains éleveurs s’en servaient en effet pour augmenter la masse musculaire de leurs animaux. Notamment les bœufs ou les moutons.

Puis, ça a été au tour des stars d’Hollywood. Le clen étant un moyen très efficace de perdre du poids sans passer par un régime restrictif, il est rapidement devenu un produit minceur échangé sous le manteau. Mais c’est bien sûr le milieu sportif, et en particulier la musculation qui a été le plus touché. Très difficile à détecter lors des contrôles antidopage, des athlètes (et notamment des cyclistes comme Alberto Contador) ont abusé de cet anabolisant.

Présentation de sa composition

Avant de s’intéresser aux effets du Clenbuterol, attardons-nous sur sa composition.

Voici ses ingrédients et leur rôle :

  • Le Citrus Aurantium : cet ingrédient thermogénique très puissant permet d’augmenter la température corporelle interne. En accélérant son métabolisme, le corps utilise les graisses corporelles stockées pour produire de l’énergie.
  • Les graines de guarana : originaire de forêt amazonienne, cet ingrédient est connu pour brûler rapidement les graisses. On retrouve cet ingrédient dans de nombreuses boissons pour sportifs, mais à un pourcentage beaucoup plus faible. Elle permet également de booster les performances physiques.
  • La caféine : un autre stimulant qui va procurer de l’énergie et favoriser le brûlage des graisses.
  • La nicotinamide : cet ingrédient joue un rôle essentiel dans la synthèse protéique et la production d’énergie. Le corps va s’en servir pour réparer l’ADN et produire deux coenzymes vitales. Ce composant est bien sûr très différent de la nicotine contenue dans les cigarettes. Il s’agit dans ce cas d’une vitamine extrêmement importante pour faire fondre la graisse corporelle.
  • De l’extrait de Garcinia Cambogia : un autre brûle-graisses. Le Garcinia va non seulement accélérer le métabolisme (pendant et après l’entrainement, mais également augmenter le flux d’oxygène. Résultat : lesperformances physiques seront nettement meilleures.

Quels sont les effets du Clenbutérol et pourquoi en prendre pour la musculation ?

Le fonctionnement du Clenbuterol est assez simple. Il s’agit concrètement d’un brûle graisse dont le rôle est d’accélérer le métabolisme. En stimulant les récepteurs bêta 2, il va augmenter la température et donc inciter l’organisme à aller puiser dans ses stocks de graisse pour fonctionner plus rapidement. Il permet donc de réduire plus rapidement la masse graisseuse, et va avoir un effet coupe-faim chez certaines personnes. C’est très intéressant pour les sportifs, comme les bodybuilders, qui ont besoin de perdre du gras. La phase de sèche peut en effet être problématique, car elle peut s’accompagner d’une fonte musculaire. Ce n’est pas le cas avec le Clenbutérol.

En effet, en plus de ses propriétés brûle-graisse, le clen va agir comme un puissant anabolisant et contrer le catabolisme musculaire. Même s’il n’a pas été fabriqué à l’origine comme un stéroide, il permet des résultats similaires en augmentant sensiblement la masse musculaire, maigre. Attention car si on souhaite observer un changement rapidement, il va falloir adapter sone alimentation. Et surtout booster ses apports en protéines. Le clen agit en effet également sur la synthèse protéique, en la rendant plus efficace. En prenant du Clenbuterol, on peut donc sécher tout en continuant de prendre du muscle.

Ce qu’il faut également retenir du Clenbuterol est qu’il était à l’origine conçu pour soigner les maladies pulmonaires. Un autre de ses effets est donc de dilater les vaisseaux sanguins, et donc d’améliorer la circulation du sang dans tout l’organisme. Cela permet notamment de booster la congestion musculaire. Cependant, pour éviter que ces effets ne disparaissent au bout de quelques semaines, il est recommandé de stacker le clen avec des antihistaminiques. Ces derniers éviteront la saturation des récepteurs.

Pourquoi les sportifs prennent du Clenbuterol

Les deux principales raisons de prendre du Clenbuterol sont donc :

  • améliorer les performances physiques ;
  • perdre du gras tout en conservant sa masse musculaire.

Attention, car cet effet sur les performances n’est en réalité pas étayé par des études scientifiques. Pour le moment en tout cas. On a tout de même réussi à établir, à partir de tests menés sur des animaux et des humains, que le Clen améliorait la synthèse protéique. Par contre, ses effets brûle-graisse ne sont plus à démontrer.

De nombreux sportifs comptent également sur ses effets anabolisants pour gagner en masse musculaire. Mais c’est surtout ceux qui sont en période de sèche qui vont vanter les mérites de ce complément. Certains affirment qu’il permettait de faire grimper le taux métabolique de 10 %. Le problème est qu’il faut faire confiance aux preuves anecdotiques (plusieurs années de pratique par des bodybuilders).

Avis Clenbuterol : est-il efficace ?

Cela nous amène à la principale critique formulée au sujet du Clenbuterol. En effet, augmenter le métabolisme de 10 % est certainement bénéfique pour des objectifs sportifs. Mais beaucoup moins pour la santé. Un bodybuilder qui a un BMR de 2 200 calories par jour et qui prendrait du clen arriverait à un niveau de 2 420 calories par jour. Ce qui permettrait de perdre jusqu’à 500 grammes par jour. Impressionnant, mais un peu terrifiant aussi.

Le problème est que le corps va construire rapidement une tolérance au clen, réduisant son efficacité. Et que sa prise va se traduire par de nombreux effets secondaires, que l’on va détailler plus bas.

Est-ce risqué de prendre du Clenbuterol

Ce n’est plus un secret pour vous, les anabolisants n’ont pas que des effets positifs. Certains peuvent en effet être néfastes pour la santé. Pour commencer, ce puissant stimulant peut entrainer une certaine nervosité et d’importantes sautes d’humeur. En particulier chez les personnes qui ont déjà des prédispositions. On peut également avoir des problèmes pour trouver le sommeil. Mais cet inconvénient est largement réservé aux sportifs prenant un dosage trop élevé. Pour éviter les insomnies, on peut également limiter ses prises en début de journée.

Ce traitement qui était initialement prévu pour soigner les bronchites peut également se révéler dangereux pour le cœur. Car il ne faut pas oublier qu’il était conçu pour soigner les chevaux, et non les êtres humains. On déplore en effet des cas d’hypertrophies cardiaques. Concrètement, cela se traduit par un agrandissement des ventricules. Un symptômes assez risqué pour le cœur, et qui doit encore une fois inciter à respecter les dosages recommandés par le fabricant.

Parmi les autres effets secondaires du Clenbuterol qui peuvent être désagréables sur le long terme, on peut ressentir des tremblements. Mais aussi des maux de tête et une transpiration assez gênante.  Lorsque l’on est en bonne santé, ces changements peuvent être handicapants dans la vie de tous les jours. Et on recommande par exemple aux sportifs instables psychologiquement de se tenir bien éloignés de se stimulant. Le Clenbuterol n’est clairement pas fait pour les personnes sujettes au stress ou ayant déjà vécu une dépression.

Le clen peut également entrainer des et de tachycardie. Cela s’explique par l’effet durcissant de ce traitement sur les parois des muscles. Concrètement, le rythme cardiaque risque d’être altéré et on s’expose donc à des risques d’accidents cardio-vasculaires, et même cérébraux.

Attardons-nous sur les effets secondaires du Clenbuterol.

Ses effets sur le cœur

La principale question que se posent les sportifs sur le Clenbuterol est son impact sur la santé cardiaque. Malheureusement, ce n’est pas un mythe. Le clen étant un stimulant puissant, il peut augmenter la tension artérielle et la maintenir trop élevée sur une période qui peut se révéler dangereusement longue.

Cela risque ensuite d’augmenter les risques d’hypertrophie ventriculaire gauche, ou LVH. Cela se traduit par un épaississement du ventricule du cœur. Un facteur de risque majeur pour toutes les maladies cardiaques. Et qui va ensuite accroître les risques d’arythmie et de crise cardiaque.

Malheureusement, l’absence de recherche menées sur les humains prenant du clenbutérol sur le long terme ne permet pas de savoir à partir de quelles doses on prendz le plus de risques. Celles menées sur les sportifs hospitalisés après avoir abusé du clen ne sont pas assez concluantes.

Deuxièmement, il existe des preuves scientifique que le clenbutérol peut détruire les cellules cardiaques. Ce qui, logiquement, augmente les risques de maladie cardiaque. Il faut cependant noter que ces cas impliquent des personnes prenant de très fortes doses de clenbutérol (parfois deux à trois fois plus que ce que recommandent la plupart des bodybuilders. Mais des doses plus faibles peuvent également endommager le cœur. Le doute persiste, ce qui est certainement le plus inquiétant lorsque l’on se supplémente en Clenbuterol.

Son impact néfaste sur le sommeil

Nous avons déjà mentionné plus haut que le clenbutérol est un puissant stimulant. Il n’y a aucun doute là-dessus. Non seulement il augmente le taux métabolique. Mais il reste également dans le système pendant une plus longue période que des produits plus doux comme la caféine et l’éphédrine. Pour être plus précis, la recherche tend à démontrer que le clen peut rester dans le sang pendant 24 à 26 heures. C’est ce qui explique qu’il puisse perturber le sommeil.

L’organisme de certains sportifs a de meilleures facultés d’élimination des stimulants. Ce qui leur permet de prendre du Clen le matin, sans pour autant souffrir d’insomnies. Mais cela n’empêche qu’il puisse expérimenter des troubles du sommeil à un moment ou à un autre. Compte tenu du fait que la plupart d’entre nous ne dorment pas suffisamment, il va sans dire que prendre des médicaments qui perturbent le sommeil, comme c’est le cas clen, est une mauvaise décision pour notre santé et notre bien-être.

Ses effets sur les niveaux de potassium

Le Clenbuterol aurait pour autre effet néfaste de priver le corps de potassium. Des études prouvent en effet qu’il peut entrainer des pertes (en grandes quantités), de potassium et de taurine.

Le potassium joue un rôle important dans la contraction musculaire et la fonction cardiaque. Et la taurine peut aider à prévenir les crampes musculaires. C’est ce qui explique pourquoi le clenbutérol peut entrainer des anomalies cardiaques et des crampes musculaires.

Le Clen donne-t-il des crampes ?

L’un des autres effets secondaires commun du Clenbutérol est qu’il peut provoquer des crampes musculaires. Il est probablement dû à la destruction de la taurine dans le foie. Mais aussi des déficits en électrolytes de sodium et potassium, ainsi qu’une hydratation inadéquate. La taurine aide à stabiliser les membranes cellulaires et à prévenir la surexcitation des nerfs. Certaines études montrent que se supplémenter en taurine soulage les crampes musculaires douloureuses.

Pour atténuer ses symptômes désagréables, on peut également :

  • changer son alimentation en mangeant plus de fruits, et en particulier des bananes ;
  • bien s’hydrater, tout au long de la journée et pendant les entrainements ;
  • prendre 3 à 5 grammes de taurine par jour ;
  • se supplémenter en potassium. On conseille 200 à 400 grammes par jour. Prenez-les juste avant de se coucher et de préférence à jeun.

Encore plus de dangers ?

L’autre principal danger de se supplémenter en Clenbuterol est que ce produit est illégal. En tout cas dans son usage sur l’être humain. De ce fait, il n’est pas possible de s’en procurer sûrement. Que cela soit dans une pharmacie ou chez un revendeur en ligne. De ce fait, les sportifs prenant du Clen s’expose à acheter des contre-façons au marché noir. Des produits qui ne subissent aucun contrôle qualité, et qui peuvent donc être très dangereux pour la santé.

Quels sont les effets du Clen ?

L’autre inconvénient est que le Clenbuterol étant un brûleur de graisse, certains sportifs vont y voir une carte blanche pour manger n’importe comment. Certains bodybuilders s’autorisent donc plus d’excès en période de sèche. Une alimentation qui est loin d’être saine. Mais qui peut aussi entrainer les effets inverses de ce qui pourrait motiver à prendre cet anabolisant.

De manière générale, la grande majorité des études menées sur le Clenbuterol ont été faites sur des animaux. On ne sait donc pas avec certitude comment il affecte les êtres humains. Retenez simplement que les preuves anecdotiques (tirées de l’expérience des sportifs) font état des effets secondaires suivants :

  • des nausées ou des vomissements ;
  • de la nervosité ;
  • des vertiges ;
  • de la somnolence ;
  • la bouche sèche ;
  • de l’acné ;
  • des migraines ;
  • des brûlures d’estomac ;
  • une sudation plus importante ;
  • des étourdissements ;
  • des crampes musculaires ;
  • une douleur dans la poitrine.

La sensibilité des sportifs varie face au Clenbutérol. Et certains rencontreront plus ou moins de problèmes en se supplémentant.

Achat Clenbuterol : comment s’en procurer légalement ?

Il est légal d’acheter du Clenbuterol dans certains pays, dont les Etats-Unis. Cependant, il n’est pas autorisé pour la consommation humaine. Et dans le cadre d’une pratique de la musculation, se supplémenter en Clen est illégal. Notamment parce qu’il peut améliorer votre performance sportive. On repense par exemple au scandale autour de son utilisation par les joueurs de l’équipe mexicaine lors d’une coupe du monde de football junior.

Pour l’acheter en toute légalité, et être sûr du produit que vous allez ingérer, passez par des sites reconnus comme Crazy Bulk. Ce revendeur en ligne spécialisé dans les compléments pour bodybuilders propose du Clenbutrol.  C’est l’équivalent du Clenbuterol, qui va reproduire les mêmes effets. Il va ainsi vous aider à brûler vos graisses et augmenter l’oxygénation de vos cellules pour gagner en masse musculaire maigre et bien définir vos muscles. Il vous donnera également le coup de boost nécessaire pour améliorer vos performances cardio-vasculaires. Et donc pouvoir vous entraîner plus longtemps et plus intensément.

Quel est le bon dosage pour le Clenbuterol

Passer par ce site vous permettra également de bénéficier de réductions très intéressantes. Vous pourrez de plus acheter votre complément en toute discrétion. Et le recevrez chez vous sous 2 à 3 jours ouvrés seulement.

Pour la posologie, il est conseillé de prendre 3 capsules par jour. Une boite de 30 vous permettra donc de vous supplémenter sur une période de 10 jours. Prenez votre clenbutrol de 30 à 60 minutes avant de vous entrainer. Vous pouvez en consommer pendant 2 mois, puisque cette version du Clen est beaucoup moins hépatotoxique que l’original.

La bonne posologie du Clenbutrol (l’équivalent légal du Clenbuterol)

Pour éviter les effets secondaires du Clenbuterol, tournez-vous vers son équivalent légal, le Clenbutrol. Et suivez la bonne posologie, en tenant compte des recommandations des scientifiques. Et de son fabricant.

On recommande généralement de se limiter à 150 mcg par jour pour les hommes. Et entre 80 et 120 mcg pour les femmes. On suivra également un système pyramidal avec le Clenbutrol. Cela permettra de contrôler son effet sur l’organisme. Et de tenir compte de ses spécificités individuelles, et d’écouter son corps.

Etant donné son impact sur les récepteurs bêta 2, qui vont rapidement être inhibés par le Clenbutrol, il est inutile d’en prendre sur une trop longue période. Il est même conseillé de faire des pauses (deux jours de prise, deux jours d’interruption) pour une efficacité optimale. Il faut également savoir que le Clenbuterol a une demie-vie relativement longue (environ 34 heures). Ce qui explique qu’il sera toujours efficace et stimulera le métabolisme même pendant les jours où l’on ne se supplémente pas. On peut également se tourner vers des cycles de 2 semaines de prise, et 2 de pause.

Un dosage différent selon son usage du Clen

L’usage que l’on va faire du Clenbutrol va également jouer un rôle important dans sa posologie. Comme on l’a vu, on peut l’utiliser en période de sèche pour brûler les graisses. Mais aussi pour ses propriétés anti-cataboliques et donc améliorer la rétention musculaire. Dans ce cas, le Clen sera particulièrement efficace pris après un cycle de stéroides. Dans de cas, on se limitera à un dosage de 40 mcg par jour.

Il faut également retenir qu’il est préférable de diminuer les doses de clen pour éviter ses effets secondaires. On commence généralement par une dose de 20 mcg par jour. Avant d’augmenter progressivement par la suite. C’est la fameuse stratégie pyramidale. Si la tolérance est bonne, on peut passer à 7 comprimés par jour. Soit 140 mcg. On peut ensuite maintenir cette posologie pendant la deuxième semaine. Attention cependant à ne pas le dépasser pour éviter la saturation.

Après deux semaines de pause, il est recommandé de reprendre un autre cycle. Respectez dans ce cas le précédent dosage, puisque l’on connait maintenant mieux ses niveaux de tolérance. Mais dans tous les cas, ne dépassez jamais 7 à 8 gélules par jour.

Il n’existe pas de recommandation particulière en matière de fractionnement des doses quotidiennes. Cela s’explique par la longue demi-vie du Clen. On peut prendre une dose complète le matin, pour mieux dormir. Au contraire, certains préfèrent le matin pour éviter les effets néfastes, que l’on ne ressentira pas dans son sommeil.

Cependant, certains sportifs suggèrent de fractionner la dose pour limiter les effets secondaires.

Quels sont les cycles de clen les plus efficaces ?

La prise de Clen sous forme de cycles bien réfléchis sera certainement plus efficace. Planifier sa supplémentation  permettra d’atteindre plus rapidement ses objectifs, et surtout de les cibler. Pour vous aider à y voir plus clair, nous allons vous présenter les trois plus populaires.

  • Le cycle deux jours de prise/deux jours de récupération. C’est certainement le plus connu dans le monde du culturisme. L’idée est d’arrêter de prendre du clen pendant deux jours avant de reprendre un nouveau cycle. Mais aussi de prendre une dose considérablement élevée. Le cycle d’éclatement peut être suivi pendant plusieurs mois, mais ce n’est pas la méthode la plus populaire. En effet, le clen ne reste pas dans le système assez longtemps pour maximiser la combustion des graisses (selon la plupart des bodybuilders). C’est donc le moins pratique, et le moins efficace. Il fait peser de plus une charge de stress trop importante sur le corps. Puisqu’il n’aura pas le temps de s’adapter à ce supplément.
  • Le cycle deux semaines de prise / deux semaines de récupération. Pendant des décennies, cette méthode a été la plus célèbre parmi les bodybuilders. Concrètement, c’est un cycle plus efficace pour brûler les graisses. En tout cas bien plus que la méthode d’éclatement. En général, ce cycle peut être un peu plus complexe pour les bodybuilders débutants. Il faut  commencer le cycle avec une dose plus faible, généralement comprise entre 20 et 40 mcg. Avant d’augmenter la dose tous les jours ou tous les deux jours. Jusqu’à ce que l’on atteigne la dose maximale désirée : généralement entre 100 et 140 mcg. On arrête alors de prendre du clen pendant deux semaines. Avec la demi-vie du clenbutérol, son taux restera élevé pendant plusieurs jours après le premier cycle de deux semaines.
  • Le cycle progressif. Moins célèbre que le précédent, ce cycle progressif est de plus en plus populaire. Il est en effet très simple à suivre, et diablement efficace. Ce cycle permet en effet de tirer le meilleur des autres cycles. On commence avec une dose assez faible (entre 20 mcg et 40 mcg). Puis on augmente dose de 20 mcg toutes les deux semaines. Ce cycle permet de brûler les graisses très efficacement, tout en maintenant une bonne accélération de le métabolisme sur le long terme. Les culturistes utiliseront cette méthode pendant 8 semaines et ne feront que quelques cycles par an. C’est une bonne stratégie pour préparer une compétition. Ou avoir un corps « beach ready » avant de partir en vacances.

Comment stacker le Clenbutrol ?

Comme la plupart des compléments pour sportif, l’efficacité du Clen va également dépendre de la façon dont on va le stacker. On conseille par exemple pendant les deux semaines off de prendre de la CEA. Cela permettra de saturer trop rapidement les récepteurs, et donc de rendre le Clenbuterol complètement inefficace.

L’éphédrine a une demi-vie assez courte, contrairement au clen. Résultat : à certains moments de la journée, les béta vont se remettre partiellement de la stimulation engendrée par l’adrénaline et la noradrénaline. C’est aussi un traitement beaucoup moins puissant que le clen, car ce n’est pas un agoniste spécifique.

Clenbuterol posologie : quelle dose quotidienne ?

Les spécialistes pensent également que l’éphédrine augmente la conversion de la T4 endogène / et la T3 exogène. Elle active en effet les enzymes deiodinases, responsables de ce processus. C’est très important, car le clen est connu pour ralentir le taux de conversion en T4 en T3. Certains bodybuilders stackeront le Clenbutérol avec du T3, tout en suivant un cycle de coupe Clenbuterol / ECA. Mais aussi en prenant des stéroïdes anabolisants ou androgènes sans aucun doute. Cela permettrait de maintenir les niveaux de T3 plasmatique. Les cycles de Clen / ECA sont normalement limités à 12 semaines au total. Mais on peut également en suivre des beaucoup plus courts.

Avis Clenbuterol : ce stéroide est-il vraiment efficace ?

Passons maintenant aux avis autour du Clenbuterol. Et de son efficacité dans le cadre d’une pratique régulière de la musculation. Concrètement, le Clen aidera à perdre du gras plus rapidement. Et même s’il ne s’agit probablement pas du complément le plus efficace pour prendre de la masse musculaire, il aidera à la conserver tout en fondant.

Au mieux, on peut expérimenter une augmentation de plus ou moins 10% du taux métabolique basal. Ce qui aidera sûrement. Même si marcher pendant une heure ou deux permettra certainement d’obtenir le même effet.

Concrètement, c’est donc un bon coup de boost en phase de sèche (surtout quand on craint la fonte musculaire). Mais il faut tenir absolument compte de ses potentiels effets néfastes. Et suivre des cycles, certes plus efficaces, mais aussi assez contraignants. Il faut donc être prudent dans la supplémentation en Clen. Et pour éviter les risques qu’il fait peser sur la santé, tournez-vous vers l’alternative légale que nous vous avons présenté dans cet article.

 

Leave a Reply