Tout comprendre sur la CPK ou Créatine phosphokinase

La CPK (ou créatine phosphokinase) est une enzyme présente dans l’organisme qui va jouer un rôle très important sur votre santé cardiaque, mais aussi le bon fonctionnement de vos muscles et de votre cerveau. Si on la retrouve en faible dosage dans votre corps, une augmentation du taux de CPK peut être alarmante et présager un éventuel trouble cardiaque (comme un infarctus).

Nous allons voir dans cet article pourquoi votre taux de CPK peut augmenter (en particulier si vous faites de la musculation et que vous vous supplémentez en créatine), pourquoi cela peut être dangereux et comment traiter une augmentation de votre créatine phosphokinase)

Qu’est-ce que la Créatine PhosphoKinase ?

La CPK (ou créatine phosphokinase) est une protéine qui va jouer un rôle très important dans vos niveaux d’énergie. Elle permet en effet de refaire votre stock en ATP qui va être utilisée par vos cellules pour s’oxygéner mais également soutenir vos muscles lorsqu’ils doivent produire un effort physique intense.

Pourquoi un tau de créatine phosphokinase élevé est inquiétant ?

On trouve la CPK dans plusieurs parties de votre corps :

  • dans votre cerveau, au niveau du plasma sanguin (on parle alors de CPK-BB) ;
  • dans votre cœur et en majorité dans les cellules myocardiques (c’est cette fois-ci la CPK-MB) ;
  • et pour finir au niveau de vos muscles, et en particulier de vos tissus musculaires (dans ce cas, c’est la CPK-MM).

Il existe également des formes de créatine phosphokinase de type 2, liée à votre mobilité cathodique, mais aussi à votre immunoglobuline. Mais ce sont les trois formes précédentes qui sont le plus souvent étudiées, puisqu’elles jouent un rôle majeur dans la prévention des déficiences cardiaques (et notamment l’infarctus du myocarde), les troubles musculaires et les maladies liées aux méninges. Ces affections se traduiront toujours par une augmentation des fractions de CPK, qu’elle soit MB, MM ou BB.

Comment est-elle dosée ?

Intéressons-nous maintenant au dosage de la créatine phosphokinase et aux différents intérêts qu’il présente

L’intérêt du dosage

Le dosage de la CPK est intéressant à bien des égards puisqu’il est utilisé pour diagnostiquer un éventuel problème cardiaque, une maladie des muscles (comme la myopathie) ou une affection liées aux méninges (et donc à votre santé neurologique).

En effet, la créatine phosphokinase est relâchée dans le sang lorsque vos tissus (et notamment vos tissus musculaires) subissent une lésion. C’est en étudiant ces enzymes, et surtout leur dosage, que votre spécialiste pourra diagnostiquer son origine et de cibler l’organe concerné.

Quel est le dosage normal de la CPK ?

Pour connaître son dosage de CPK, et déterminer si votre taux de créatine phosphokinase est trop élevé ou non, vous allez devoir réaliser une analyse de sang. Vous devrez le plus souvent la faire à jeun et après deux à trois jours de repos pour ne pas fausser les résultats. Votre médecin vous demandera également si vous ne suivez pas d’autres traitements (comme un neuroleptique ou hypolipémiant). Ils pourraient encore une fois modifier les analyses. Elle se fait le plus souvent au niveau du pli de votre coude. Votre sang est ensuite mêlé à un agent anticoagulant.

Pourquoi surveiller votre taux de CPK

Un taux normal se situera le plus souvent à un niveau très faible et dépendra en partie de la température de votre corps. A 37 °C, il devrait se situer entre 0 – 195 UI /l pour les hommes, et 0 – 170 UI /l. Cette différence s’explique par les différences de masse musculaire entre les deux sexes. C’est ce qui explique que ce taux puisse être plus élevé après un effort musculaire intense (comme une séance de musculation). Vos muscles libèrent en effet naturellement une quantité plus importante de créatine phosphokinase suite à une séance d’entrainement. Dans ce cas, ce dosage plus élevé ne sera en aucun cas inquiétant.

Pourquoi votre CPK peut-être trop élevée …

En réalité, plusieurs raisons peuvent expliquer que votre dosage de créatine phosphokinase soit anormalement élevé. En plus des causes physiologiques (et notamment une sollicitation intense de vos muscles), ces dernières seront principalement liées à votre santé cardiaque, musculaire, et neurologique. Cette complexité des interprétations possibles qui peuvent être faites de votre dosage de CPK implique donc que le diagnostic ne peut venir que d’un professionnel de la santé.

Pour vous aguiller, voici néanmoins une liste des principales causes pathologiques (qui n’est pas exhaustive) :

  • un infarctus du myocade : votre dosage de CPK-MB va augmenter après un infarctus. Généralement dans les 4 à 8 heures suivants votre incident cardiaque. Il atteindra ensuite un pic à la douzième. Avant de revenir à la normale la journée suivante ;
  • une inflammation de votre muscule cardiaque (ou myocardite aigue) ;
  • une intervention chirurgicale au niveau de votre cœur ou des massages cardiaques ;
  • une myopathie : cette maladie auto-immune du collagène se manifeste par des éruptions cutanées, une faiblesse musculaire et donc une atrophie de ces derniers ;
  • certaines formes de cancer (notamment du sein, de la prostate ou des ovaires)
  • la destruction des muscles de votre squelette ;
  • un traumatisme musculaire (ou rhabdomyolyse) suivant un effort physique intense. Vos muscles vont alors être privé d’oxygène et vont donc libérer trop de CPK.
  • des troubles vasculaires ou un accident cérébral ;
  • un myxoedème ;
  • un glycogénose (une accumulation de glycogène dans vos cellules, notamment celles composant votre tissu musculaire) ;
  • un traumatisme crânien ou une méningite ;
  • une hypothyroïdie ;
  • une insuffisance thyroïdienne. Votre corps ne sécrète plus suffisamment d’hormones thyroïdiennes. Cela va entraîner une augmentation de la CPK ;
  • si vous suivez un traitement contre le mauvais cholestérol, ce dernier peut entrainer une hausse de votre dosage de CPK. Il contient en effet des statines.

… ou trop bas ?

Dans certains cas, votre dosage de créatine phosphokinase peut également être trop bas. Cela peut s’expliquer très simplement si vous prenez des anticoagulants, par exemple.

Comment diagnostique-t-on un taux de CPK élevé ?

Diagnostiquer et interpréter un dosage de créatine phosphokinase ne peut être fait que par un médecin. Il va en effet devoir étudier les résultats de votre NFS (ou numérotation de la formule sanguine) pour déterminer si le problème vient de vos muscles, de votre cœur ou de votre cerveau.

Comment détecter un taux de CPK trop élevé ?

Comme nous l’avons vu précédemment, il faudra réaliser votre prélèvement sanguin après une pause de 3 à 5 jours. Car un effort musculaire intense peut faire augmenter votre taux de CPK, sans que cela ne soit alarmant pour votre santé. C’est là encore tout l’intérêt de vous tourner vers un professionnel de la santé, puisqu’une augmentation de votre CPK n’est pas nécessairement le signe que vous souffrez d’une pathologie quelconque. Ce dernier pourra ainsi tenir compte des autres traitements et compléments alimentaires que vous pouvez prendre. Mais aussi à votre contexte clinique avant d’établir un diagnostic pertinent.

Comment réussir à le faire baisser

Réduire son taux de CPK est donc une démarche très importante, en particulier si vous faites de la musculation, puisque cela vous permettra de prévenir et éviter d’éventuelles affections cardiaques, musculaires ou neurologiques. Voici les différentes méthodes naturelles pour y parvenir.

Modifiez votre alimentation

La première astuce pour diminuer les risques de maladies cardio-vasculaires qui peuvent être causées par un dosage trop élevé de CPK est d’adapter votre régime alimentaire, et notamment de réduire votre taux de cholestérol. Vous pouvez par exemple opter pour la levure de riz rouge, une spécialité chinoise qui permet de diminuer votre mauvais cholestérol. Idem pour les noix (comme les amandes par exemple) ou encore les feuilles d’artichaut.

Les spécialistes conseillent également de vous tourner vers une alimentation riche en fibre. Vous pouvez entrouver dans des fruits comme les pommes ou les prunes, mais aussi dans les légumineuses, l’avoine ou encore les brocolis. Consommez-en l’équivalent de 10 grammes par jour pour faire chuter de 5 % votre taux de mauvais cholestérol. Et donc votre dosage de créatine phosphokinase

Plus efficace encore : vous pouvez vous supplémenter en vitamine C et A. La vitamine C permettra de booster votre système immunitaire et maintenir votre cœur en bonne santé. Une bonne technique naturelle pour garder un taux de créatine phosphokinase relativement bas. La vitamine A a un effet similaires. N’hésitez donc pas à la rechercher dans votre alimentation quotidienne. Ou à booster vos apports en prenant des compléments alimentaires. Idem pour le magnésium qui évitera les crampes et spasmes musculaires et maintiendra votre dosage de CPK a un niveau normal. Vous pouvez encore une fois le prendre sous forme de complément alimentaire (à raison de 50 grammes par jour). Ou consommer des betteraves, de la banane ou encore des épinards.

Qu'est ce que la créatine phosphokinase et pourquoi votre dosage sanguin doit être le plus bas possible.

Diminuez également au maximum votre consommation de gras et de sel. Cela vous permettra de réduire votre tension et vos risques d’avoir une maladie cardiaque, qui peuvent toutes les deux augmenter votre dosage de créatine phosphokinase. Préférez donc les produits allégés et préparez vos repas. Les repas industriels étant souvent trop riches en sel.

Evitez également de suivre un régime trop riche en protéine. Même s’il vous permettra de gagner en masse musculaire, cela risque de faire grimper votre taux de CPK dans le sang. Continuez d’en consommer pour éviter l’atrophie. Mais soyez simplement plus raisonnable en vous limitant à 46 grammes par jour pour les femmes et 56 grammes pour ces messieurs. Vous pouvez également arrêter l’alcool. Ce dernier est mauvais pour vos tissus musculaires.

Régulez l’intensité de vos entrainements de musculation

Une pratique sportive trop intense peut faire augmenter anormalement votre dosage de créatine phosphokinase dans le sang et donc présenter des risques pour votre santé. C’est le cas notamment de la musculation, qui fait travailler de manière ciblée vos muscles. Mais aussi la course à pied (en particulier en descente. On recommande d’éviter de vous entrainer intensivement les 3 à 5 jours qui précéderont votre prélèvement sanguin. Mais vous pouvez aussi réduire votre activité physique votre médecin vous diagnostique un taux de CPK dans le sang trop élevé.

Vous pouvez également apporter une attention particulière à vos échauffements avant de soulever des poids. Pensez à bien étirer vos muscles ou échauffez-vous en faisant un peu de vélo ou de courses. Cela vous permettra d’éviter les blessures et traumatismes musculaires. Ils peuvent en effet faire grimper votre taux de CPK en flèche. Cela permettra également de ménager votre cœur en augmentant progressivement votre circulation sanguine et en réduisant votre tension et votre stress.

Pour continuer dans ce sens, vous pouvez également vous mettre à la méditation ou au yoga. Deux pratiques qui vous aideront à vous détendre et à maitriser votre respiration. Vous pouvez également consommer des plantes aux propriétés relaxantes comme le tilleul, la passiflore ou encore la mélisse.

Evitez certains traitements médicamenteux

Certains médicaments sont également connus pour avoir un impact néfastes sur votre taux de créatine phosphokinase. Si vous souffrez de cholestérol, vous pouvez être tenté de prendre un traitement à base de statines. Malheureusement, ces derniers ont pour effet secondaire d’accélérer la dégradation musculaire. Il faut donc les éviter si vous présentez des risques en raison d’un taux de CPK trop élevé.

Parmi les autres médicaments à éviter, il faut également mentionner les suivants :

  • l’amphotéricine B (un antifongique) ;
  • certains anesthésiques ou encore la morphine ;
  • l’ampicilline (un antibactérien).
  • L’aspirine ou la warfarine (et de manière générale évitez de prendre un anticoagulant) ;
  • les stéroïdes (comme la dexaméthasone ;
  • la furosémide (un diurétique).

Si vous prenez déjà ces traitements, demandez à votre médecin s’il est possible de les remplacer par un autre médicament. Une alternative qui présentera moins de risque avec votre taux de CPK anormalement élevé. Si ce n’est pas possible, concentrez-vous encore plus sur les méthodes alternatives que nous avons présenté dans cet article.

Leave a Reply