Kai Greene : Présentation de sa carrière, palmarès et méthode d’entrainement

Pour tous ceux qui suivent de près ou de loin le milieu du culturisme, il n’est plus nécessaire de présenter Kai Greene, une des références en matière de bodybuilding. C’est son incroyable palmarès et sa discipline à toute épreuve qui font encore aujourd’hui sa renommée que nous allons retracer dans cet article.

Retour sur la carrière hors norme de Kai Greene

Kai Greene est un célèbre bodybuilder américain, né à New-York où il passera une enfance difficile, baladé d’un foyer à l’autre. C’est d’ailleurs dans ses débuts chaotiques qu’il trouve la motivation pour se lancer dans le culturisme, jusqu’à devenir un des plus célèbres bodybuilder au monde.

Il se lancera dans la compétition, poussé par son professeur de mathématique, dès son adolescence. Un bon moyen de canaliser son énergie débordante, et de rester sur le droit chemin. Inspiré par de nombreux athlètes, il devient rapidement une vraie montagne de muscle et prend progressivement confiance en lui, jusqu’à participer en IFBB et passer pro à l’âge de 19 ans seulement. Il enchaine les podiums dans les années 1990, mais fait une pause de 5 ans par la suite, pour s’entrainer toujours avec serieux et revenir au top de sa forme. Il remporte d’ailleurs l’Arnold Classique pour la première fois en 2009.

Retour sur la carrière de Kai Greene, le culturiste américain.

Par la suite, Kai Greene participera aux compétitions Mr. Olympia jusqu’à arriver 2ème, juste derrière le non moins célèbre Phil Heath. Kai Green s’illustre notamment par son sens du spectacle, ses chorégraphies et mises en scène qui donne une aura unique à ses prestations. On se souvient surtout de ses apparitions en cape rouge et le visage caché par un masque.

Les mensurations de Kai Greene

En 2013, juste avant qu’il n’arrête la compétition, les mensurations de Kai Greene étaient les suivantes :

Il mesurait 1.73 m ;
pesait 136 kg (en hors saison) et ;
121 kg pendant les compétitions ;
Tour de bras: 56 cm ;
Tour de jambes: 85 cm ;
Tour de poitrine: 148 cm

Sa méthode d’entrainement

Comme beaucoup de professionnels du culturismes, Kai Greene concentre chaque jour de la semaine au travail d’un groupe musculaire. Typiquement, il s’entrainait sur une semaine complète, sans faire de pause (sauf s’il avait un vrai coup de fatigue, pour éviter le risque de blessure), et recommençait un nouveau cycle à la fin du cinquième jour.

Présentation du palmarès de Kay Greene

L’échauffement était également un passage obligé pour Kai Green, puisqu’il s’agissait surtout du moment où il planifiait l’entrainement du jour, et se concentrait sur le lien entre son esprit et son corps, afin de chercher la motivation pour repousser ses limites. Il y dédiait systématiquement 20 à 30 minutes, pour faire des exercices de cardio ou des abdos.

Sur une semaine, son entrainement se rapprochait donc de ce type de routine

  • Lundi : Jambes ;
  • Mardi : Epaules et avants-bras ;
  • Mercredi : Dos ;
  • Jeudi ; Pecs et Mollets ;
  • Vendredi : Bras

Si on décompose son entrainement du vendredi sur les bras, Kai Greene ferait des curls concentrés, des haltères, des curls pupitre, inversés, et biceps (debout sur une barre droite) de 4 à 8 sets de 10 reps. Il enchainerait ensuite sur le travail des triceps, avec des kickbacs, des extensions (avec haltères et skul crushers) et des press down sur 3 sets de 20 à 12 reps.

Attention, car ce type d’entrainement n’est clairement pas à la portée de tous, surtout si vous débutez en musculation. Il n’est donc pas toujours conseillé de s’entrainer sur une semaine complète sans pause et mieux vaut écouter son corps et oublier la salle de sport si vous vous sentez fatigué, ou que vous avez peur de vous blesser.

Sa vision du culturisme

Personnellement, ce que j’adore dans la démarche de Kai Greene, c’est l’enthousiasme avec lequel il aborde le bodybuilding. La connexion qu’il recherche systématiquement entre le corps et l’esprit est aussi très intéressante pour avoir de meilleurs résultats et dépasser ses limites, surtout quand on commence dans ce sport. C’est l’un des premiers à utiliser le principe de la pleine conscience (soit le fait de se concentrer sur l’action de ses muscles, pour chaque mouvement), afin de faire parler « le même langage » à son corps et à son esprit. Résultat : vous pouvez stimuler vos muscles avec votre esprit, et reprendre le contrôle quand votre énergie ou votre force fait défaut.

Qui est Kay Greene ?

Et puis, Kai Greene n’est pas seulement un culturiste. J’ai déjà dit tout le bien que je pensais de ses prestations sur scène, et de son don pour faire le show. Mais il faut aussi savoir qu’il a réalisé de nombreux auto-portraits, retraçant toute sa carrière, et exposer ses toiles dans des galeries d’art et des magazines spécialisés. Cela a beaucoup à voir avec sa vision de la musculation, qui est pour lui très proche de la vision d’un sculpteur, son médium étant son corps et finalement, le physique humain. Bref, que ce soit sur scène ou dans sa vision du bodybuilding, Kai Greene a vraiment embrasser sa carrière comme un art à part entière.

Il faut reconnaître à Kai Greene son enthousiasme et son coté authentique. Pour moi, peu d’athlètes ont réussi à communiquer aussi bien leur force physique et morale, mais aussi ce qui les rendaient uniques et créatifs dans ce milieu. Pour retrouver Kai Greene, il suffit d’écouter le podcast Generation Iron, de se tourner vers sa marque de compléments, Dynamik Muscle, ou d’aller voir son film d’arts martiaux, Crazy Fist, où il incarnera le rôle du mauvais garçon.

 

Leave a Reply